La haine des Juifs et ses métamorphoses

Pierre-André Taguieff |

Depuis la fin du XIXe siècle, dans la plupart des pays occidentaux, le mot «antisémitisme», forgé en 1879 (Antisemitismus) par le publiciste socialiste Wilhelm Marr, est employé comme terme générique pour désigner l’ensemble des discours, des croyances, des pratiques et des formes institutionnelles qui, observables dans l’histoire, ont pour trait commun de manifester une hostilité à l’égard des Juifs, s’accompagnant chez leur ennemis (les «antisémites») d’un désir de rejet ou d’exclusion les visant, voire d’une volonté d’élimination.

Grand Angle sur le député antisémite Laurent Louis

Joël Rubinfeld |

Dossier exclusif de la LBCA sur le parcours du député Laurent Louis, son passage d'un antisionisme radical à un antisémitisme débridé, ses sympathies négationnistes et son attirance irrépressible pour les théories conspirationnistes. Élu le 13 juin 2010 à la Chambre des représentants, le député belge s'est depuis fait remarquer par ses harangues antisémites, racistes, antisionistes et conspirationnistes. Outre son obsession de la «question juive», c'est probablement son exploitation de l'affaire Dutroux qui aura fait couler le plus d'encre à son sujet, en particulier lorsqu'il divulgue les photos insoutenables de l'autopsie de deux victimes de Marc Dutroux, Julie et Mélissa, lors d'une conférence de presse.

Réflexions sur la judéophobie contemporaine: antisionisme, propalestinisme et endoctrinement islamiste

Pierre-André Taguieff |

Aujourd’hui, en France comme dans la plupart des démocraties pluralistes, les Juifs ne sont plus, à quelques rares exceptions près, victimes de discrimination à l’emploi, à l’éducation, au logement. Ils ont librement accès aux métiers des médias et de la culture, aux carrières administratives ou libérales, et ne font plus l’objet de discriminations dans l’accès aux postes de responsabilité politique. Mais, en France tout particulièrement, ils sont victimes de stigmatisations, de menaces et de violences physiques, provenant de nouveaux milieux sociaux, culturels et politiques qui n’ont plus rien à voir avec ceux qui portaient la vieille extrême droite antijuive. Ils sont aussi, parallèlement, victimes d’une diffamation globale permanente, entretenue par une partie du système médiatique, ralliée au point de vue «antisioniste», et relayant des rumeurs négatives à leur propos.

Mini-trip au cœur de l'extrême droite wallonne

Manuel Abramowicz |

Depuis toujours, un courant régionaliste et autonomiste fasciste a existé en Wallonie. Aujourd'hui, un nouveau rassemblement politique, le Front wallon, voit le jour. RésistanceS.be vous propose un petit voyage chez les Wallons d'extrême droite. Pour survivre sur l'échiquier électoral, la Fédération des nationalistes wallons (FNW), animée depuis 2009 par un des clans issus de l'implosion totale du Front national belge, propose pour les élections de 2014 un nouveau cartel électoral. Le nom choisi: Front wallon (FW). Une dénomination qui avait déjà été jadis celle d'organisations et mouvements politiques pas toujours connus pour leur appartenance à l'extrême droite. Durant l'occupation allemande du pays (de 1940 à 1944), un mouvement de résistance antinazie, à Liège, s'appelait en effet «Front wallon pour la libération du pays».

Les habits neufs de l'antisémitisme en Belgique

Joël Rubinfeld |

La Belgique, comme d’autres pays européens, aura vécu un automne de fin de siècle marqué par un réveil de la judéophobie. Jusque-là, les actes antisémites se comptaient, d’année en année, sur les doigts d’une main, mais l’onde de choc générée par la seconde intifada allait rapidement modifier la donne pour la communauté juive du Royaume, forte de 40.000 âmes. En 2001, 27 actes antisémites déclarés seront à déplorer, 51 l’année suivante, et 30 en 2003. Le Conseil de l’Europe s'inquiètera de la récurrence de ces incidents, et dénoncera l’antisémitisme – ainsi que le racisme – qui s’est développé en Belgique, à travers un rapport rendu public en janvier 2004. L’étude répercutait le malaise de Belges juifs qui «ont connu un renforcement très important du sentiment d’insécurité au cours des dernières années en Belgique».